"je ne puis pas vous dire ce que je veux car en ce moment les lettres sont ouvertes et c'est très sérieux on serait punis enfin viendra peut-être un jour où l'on pourra s'en raconter davantage sans avoir peur de personne. Pour cela il nous faut attendre la paix et que l'on puisse s'en retourner" février 1915

11 Juin 2015, 07:22

"je ne puis pas vous dire ce que je veux car en ce moment les lettres sont ouvertes et c'est très sérieux on serait punis enfin viendra peut-être un jour où l'on pourra s'en raconter davantage sans avoir peur de personne. Pour cela il nous faut attendre la paix et que l'on puisse s'en retourner" février 1915
"je ne puis pas vous dire ce que je veux car en ce moment les lettres sont ouvertes et c'est très sérieux on serait punis enfin viendra peut-être un jour où l'on pourra s'en raconter davantage sans avoir peur de personne. Pour cela il nous faut attendre la paix et que l'on puisse s'en retourner" février 1915
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :